La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario est la deuxième province à interdire BitMEX

Dans une récente adresse à sa clientèle basée en Ontario, au Canada, le populaire échange de crypto-monnaie BitMEX a annoncé son départ de la province.

BitMEX note que ce départ de la province la plus peuplée du Canada est dû à des mesures d’exécution prises par la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO). Malheureusement, l’Ontario représentant plus d’un tiers de la population canadienne, il s’agit d’un succès considérable pour les crypto-traders utilisant BitMEX..

Pour les utilisateurs de services BitMEX basés en Ontario, les opérations devraient cesser le 1er septembre 2020, ce qui donne aux utilisateurs une semaine pour mettre de l’ordre dans leurs affaires..

Un retour futur?

Bien que la nouvelle de cette interdiction opérationnelle puisse être décourageante pour les fans de l’échange, BitMEX semble rester optimiste quant à un retour futur. Dans son récent discours aux clients de l’Ontario, BitMEX a déclaré,

«Nous soutenons les efforts des régulateurs pour aider à établir des normes pour les produits de crypto-monnaie qui soutiendront l’avancement de cette classe d’actifs en croissance rapide. Nous continuerons de travailler avec la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario pour soutenir ses objectifs sur le marché ontarien et nous tiendrons au courant nos clients résidents de l’Ontario.

Bien que BitMEX n’ait pas clarifié le raisonnement derrière l’interdiction, sa vision optimiste de l’avenir impliquerait qu’une solution pour garantir le respect des lois sur les valeurs mobilières est réalisable..

Avis 21-327

Les provinces et territoires canadiens sont réglementés individuellement par des entités comme la CVMO. Afin d ’« harmoniser »l’approche nationale en matière de lois sur les valeurs mobilières, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont été créées et sont régies par les autorités de réglementation des valeurs mobilières de chaque province et territoire..

Le raisonnement derrière le retrait de la province de l’Ontario n’est pas entièrement connu – il peut cependant être expliqué en examinant les communications récentes de l’ASC.

Au début de 2020, nous avons fait rapport sur les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM), et ses nouvellement rédigées «Avis 21-327». Cet avis a attiré notre attention à l’époque, car il traitait de la position des ACVM sur les échanges de crypto-monnaie et de la manière dont les lois sur les valeurs mobilières existantes s’appliquent toujours.

Plus précisément, les ACVM ont noté que même si une bourse ne peut pas héberger de jetons de sécurité, «… une transaction impliquant un actif cryptographique peut être soumise à la législation sur les valeurs mobilières si la transaction n’entraîne pas une obligation de faire et de prendre livraison de l’actif cryptographique visé. dans la transaction immédiatement après la transaction. »

Le CSA poursuit en clarifiant ce qu’implique exactement la «livraison immédiate» dans l’extrait suivant.

Nous considérerons généralement que la livraison immédiate a eu lieu si:


  • la plate-forme transfère immédiatement la propriété, la possession et le contrôle de l’actif cryptographique à l’utilisateur de la plate-forme et, par conséquent, l’utilisateur est libre d’utiliser, ou de traiter autrement, l’actif cryptographique sans
  • une implication supplémentaire ou une dépendance à l’égard de la Plateforme ou de ses affiliés, et
  • la Plateforme ou tout affilié conservant une sûreté ou tout autre droit légal sur l’actif cryptographique; et
  • suite à la livraison immédiate de l’actif cryptographique, l’utilisateur de la plate-forme n’est pas exposé au risque d’insolvabilité (risque de crédit), au risque de fraude, au risque de performance ou au risque de compétence de la part de la plate-forme.
  • Suit Suit

    Même si le 1er septembre n’est qu’à une semaine, les résidents de l’Ontario ont eu plus de temps que les autres Canadiens qui utilisent les services BitMEX. Le Québec, deuxième province la plus peuplée du pays, a vu son propre organisme provincial de réglementation des valeurs mobilières, Autorité des marchés financiers (AMF), imposer sa propre interdiction de BitMEX en 2018. Entre les interdictions imposées à la fois en Ontario et au Québec, environ 60% des Canadiens ont maintenant perdu l’accès à BitMEX.

    Pour l’avenir, ces interdictions sur BitMEX pourraient bien être le début d’une tendance plus large. Verrons-nous d’autres bourses connaître le même sort dans les mois à venir, alors que les régulateurs continuent de porter une attention accrue à ces opérations?

    Bitmex

    Fondé en 2014, BitMEX est un échange de crypto-monnaie qui a son siège social dans la nation insulaire, les Seychelles. Depuis son lancement, BitMEX a réussi à établir une présence mondiale, devenant l’une des plates-formes les plus connues du genre..

    Le PDG, Arthur Hayes, supervise actuellement les opérations chez BitMEX.

    Commission des valeurs mobilières de l’Ontario

    La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO) est un organisme de réglementation basé en Ontario, au Canada. La CVMO est chargée d’assurer des marchés justes et transparents pour tous les participants, grâce à l’application des Loi sur les valeurs mobilières.

    PDG, D.Grant Vingoe, supervise actuellement les opérations à la CVMO.

    Mike Owergreen Administrator
    Sorry! The Author has not filled his profile.
    follow me
    Like this post? Please share to your friends:
    Adblock
    detector
    map